Op de Punkt!

Am Laf vun der leschter Woch hun d’Awunner vu Gréiwemaacher an dem Potaschbierg déi aktuellste Versioun vum “Op de Punkt” an hirer Bréifkëscht fonnt. Hei déi elektronesch Versioun (PDF).

Den gesamten Text kënnt Dir awer och hei liesen:

Stellungnahme zum eventuellen Verkauf des „Sidere-Hauses“ am Grevenmacher Marktplatz

Ist der Verkauf des Gemeindeeigentums im Herzen der Stadt Grevenmacher eine „politisch opportune“ Entscheidung, oder der letzte Strohhalm, an den sich die Mehrheitsparteien von DP und LSAP verzweifelt klammern, um dem drohenden finanziellen Fiasko der Gemeindefinanzen zu entfliehen?

Welches Familienoberhaupt würde wohl freiwillig und aus freien Stücken den Vorgarten oder den Hausgarten vor der eigenen Haustür zum Verkauf an Dritte anbieten wollen, wäre da nicht eine Hypothek dringend zu tilgen oder das Budget des Familienhaushaltes wieder in die Waagerechte zu bringen?

Ähnlich befremdend mutet das Bestreben der Grevenmacher Majoritätsparteien DP-LSAP an, im April 2010 die Grundsatzfrage eines Verkaufs des „Sidere-Hauses“ am Marktplatz (direkt neben dem früheren Gemeindehaus und jetziger Stadtbibliothek) auf die Tagesordnung zu setzen – und mit sechs Stimmen (vier seitens der DP, zwei von der LSAP) gegen vier Stimmen von CSV sowie einer Enthaltung (Déi Gréng) als große, visionäre Transaktion zu bezeichnen.

Der Schöffenrat fürchte einerseits und wolle andererseits keine „Petite Marquise” in Grevenmacher – wobei dieser Vergleich total hinkt: in Grevenmacher ist die Stadt Grevenmacher Eigentümerin des Gebäudes, was in Echternach nicht der Fall ist. Das Gebäude sei baufällig, ließ der Schöffenrat verlauten, eine Renovierung werde mit 500.000 € veranschlagt, Geld das der Gemeindekasse nicht zur Verfügung stehe … Armes Grevenmacher!

Die Vorschläge seitens der Ratmitglieder Léon Gloden und Guy Cognioul, das zentral gelegene Gebäude zu renovieren, um es dann eventuell zu vermieten (z.B. an eine Staatliche Verwaltung oder an das „Office social régional“, welches seinen Amtssitz in Grevenmacher haben wird, wurden kurzerhand abgewiesen …

Die CSV-Fraktion im Gemeinderat bevorzugt in Sachen „Sidere-Haus” eine pro-aktive Haltung in Sachen in Zusammenarbeit mit den Mitarbeitern des technischen Dienstes, sowie den Handwerkern und Arbeitern, um ein Konzept zwecks Renovierung des Gebäudes mittels Einsatz hauseigener Fach- und Sachverständiger auszuarbeiten, um so über zwei bis drei Jahre hinweg, während der Wintermonate, die Renovierung in Eigenleistung und in Zusammenarbeit aller dienstlichen Stellen der Gemeinde voranzutreiben, dies nach dem Motto: Motivieren – Realisieren – gemeinsam Mehrwert schaffen und erhalten, anstatt einfach zu verkaufen!!!

Verkaufen kann jeder, Mehrwert schaffen ist nicht Jedermanns Sache, jedenfalls in diesem Punkt nicht für die DP-LSAP-Mehrheit im Grevenmacher Gemeinderat.

Die lokale CSV-Sektion steht zu ihrem KLAREN NEIN ZUM VERKAUF des TAFELSILBERS der Stadt Grevenmacher!

Guy Cognioul, René Haas, Léon Gloden, Liane Felten

[Weider Artikelen aus dem Op de Punkt:]

Die aktiven Christlich Sozialen Frauen (CSF) im Osten

D’CSV-Sektioun Maacher an der Chamber

Rubrique de notre député Léon Gloden

[Eine deutsche Version ist in der elektronischen Version vorhanden]

Implantation éventuelle de réservoirs supplémentaires de stockage de pétrole dans le port de Mertert:

Dans l’«Op de Punkt» paru en mai 2010, nous avons évoqué la problématique de l’implantation éventuelle de réservoirs supplémentaires dans l’enceinte du port de Mertert, discutée notamment lors du vote du projet de loi n° 6045 concernant l’administration et l’exploitation du port de Mertert.

Dans ce contexte j’avais également posé en date du 27 octobre 2009 une question parlementaire à M. le Ministre de l’Economie et du Commerce Extérieur, dont la réponse est reproduite ci-après:
«Le Gouvernement n’envisage nullement de concentrer le stockage de produits pétroliers dans la seule région Est mais il prévoit au contraire une diversification géographique des sites de stockage. En ce qui concerne en particulier le projet d’implantation de nouvelles capacités de stockage dans le port de Mertert, il y a lieu de rappeler que le port de Mertert est le seul port national et que le transport fluvial présente des avantages au niveau de la sécurité de transport et du point de vue environnemental alors qu’il est en général le moyen de transport le moins énergivore en comparaison avec le transport par train ou par camion-citerne. Pour ce qui est de l’implantation de réservoirs complémentaires dans l’enceinte du port de Mertert, les questions relatives au périmètre de sécurité
seront réglées dans le cadre des procédures d’autorisation nécessaires à l’établissement de réservoirs de stockage. Il appartiendra donc aux instances compétentes de fixer, sur base
des dossiers de demande leur soumis, de définir les périmètres de sécurité ainsi que les limites au niveau du flux radiatif en cas d’incendie.»

Je continuerai ensemble avec la section «CSV Maacher» d’insister auprès des autorités compétentes et notamment auprès du Ministre socialiste Jeannot Krecké, pour que le nombre de réservoirs
supplémentaires éventuellement installés dans le port de Mertert soit réduit à un minimum.

Implantation éventuelle d’une station de contrôle pour véhicules automobiles dans la région Est

En date du 13 juillet 2010, j’ai posé ensemble avec la députée Marie-Josée Frank une question parlementaire relative à une éventuelle implantation d’une station de contrôle de véhicules
automobiles dans la région Est alors qu’une telle réflexion fut menée dans un article paru dans la presse écrite au mois de juillet 2010.

En date du 8 septembre 2010, le Ministre du Développement Durable et des Infrastructures, Claude Wiseler, a répondu comme suit:
«(…) A préciser d’abord que les responsables de la Société Nationale de Contrôle Technique (SNCT) suivent attentivement la situation démographique ainsi que le développement concomitant du nombre de véhicules immatriculés au Luxembourg. Au vu de son expérience acquise en tant que gestionnaire pour l’Etat de la base de données des véhicules immatriculés et soumis au contrôle technique, la SNCT compte y déduire les conclusions nécessaires pour mettre en place, en temps utile, la capacité technique nécessaire pour offrir à ses clients un service adapté aux exigences en la matière.
Pour atteindre cet objectif, la SNCT poursuit actuellement deux stratégies pour maintenir, voire améliorer le niveau de service requis en vue de l’horizon 2020:
1) Un premier axe de réflexion consiste en une l’exploitation optimale des infrastructures actuellement disponibles dans les trois stations de contrôle technique de Sandweiler, d’Esch-sur-Alzette et de Wilwerwiltz.
2) Un second axe de réflexions consiste en une extension ultérieure des infrastructures disponibles pour les opérations de contrôle technique.
Alors que les tendances observées en la matière dans la plupart des autres pays de l’Union européenne s’orientent vers des petites datations de contrôle, il parait indiqué d’analyser la mise en place de nouvelles stations de contrôle plus petites à des endroits géographiques différents, plus proches des clients.
Les deux axes de réflexion esquissés sont en ligne avec la stratégie gouvernementale ayant comme but une simplification administrative au profit des citoyens.
A noter qu’actuellement, aucune décision relative à la stratégie exposée ci-avant sub 2 n’a été prise. Toutefois, le moment venu, le choix précis des lieux d’implantation d’éventuelles nouvelles stations de contrôle tiendra compte des zones d’attraction des stations de contrôle actuelles pour privilégier en premier lieu des régions du pays actuellement défavorisées à cet égard.»

Maison médicale à Grevenmacher dans la région Est

Dans l’«Op de Punkt» de mai 2010 nous avons déjà fait état de cette problématique. Suite à la question parlementaire posée, le Ministre socialiste de la Santé et de la Sécurité Sociale a donné une réponse peu satisfaisante en considérant que:

«(…) Le programme gouvernemental prévoit que «le projet des maisons médicales sera évalué et adapté aux besoins. Une collaboration accrue avec les communes sera réalisée et de nouveaux modèles de collaboration entre médecins généralistes seront accompagnés par le Gouvernement, notamment dans les régions rurales»
Le service des maisons médicales pourrait ainsi être utilement complété par des cabinets de groupe installés dans les localités plus éloignées d’une maison médicale. Ces cabinets de groupe pourraient grâce à la disponibilité de plusieurs médecins assurer les plages d’activités des plus étendues dépassant les heures d’ouverture «normale» d’un cabinet tenu par un seul médecin. L’implantation de tels cabinets de consultation ainsi que leur fonctionnement pourraient, dans la mesure des possibilités budgétaires, faire l’objet d’encouragements de la part de l’Etat.»
Suite à cette réponse et à une interview diffusée dans lequel le docteur Schummer, secrétaire général de l’AMMD, estimait que «den Osten brauch keng Extrawurscht», Madame la députée Marie-Josée Frank et moi-même avions convoqué e. a. M. Schummer pour lui faire comprendre que nous n’accepterions pas de telles déclarations et que les habitants de la région Est ne seraient pas des citoyens de seconde classe et que nous continuerions nos efforts afin qu’un service médical soit assuré aux citoyens de la région Est, non seulement pendant les heures de travail, mais aussi pendant le soir et au moins le samedi. M. Schummer nous a informés qu’on va essayer ensemble de trouver une solution dans l’intérêt des patients.

Interventions à la Chambre des Députés
Avant les vacances d’été, j’ai été rapporteur du projet de loi concernant la réforme de la procédure de la Cour de cassation qui a été simplifiée afin d’éviter que les pourvois en cassation continuent à être rejetés pour vices de forme, ce qui facilite l’accès du citoyen à la justice.

J’ai tenu un discours quant aux conséquences du traité de Lisbonne sur les pouvoirs du Parlement qui, en vertu de ce traité, ont été renforcés. Une des conséquences est que la Chambre des
Députés pourra plus amplement participer au processus législatif européen.