ÄENTWERT OP QP VUM LEON GLODEN ZUR VERDUEBLUNG VUN DER SCHLEIS ZU GRÉIWEMAACHER

Réponse de Monsieur le Ministre François BAUSCH, Ministre du Développement durable et des Infrastructures, à la question parlementaire N°3049 du 2 juin 2017 de Monsieur le Député Léon Gloden

Dans sa question parlementaire, l’honorable Député s’inten-bge sûr l’article paru dans le « Luxemburger Wort » en date du 1″ juin 2017 qui fait mention d’une étude préalable en matière de doublement de l’écluse de Grevenmacher et .qui affirme que «/e Ministère des Transports a terminé les études préalables et la décision semble être prise. L’écluse de Grevenmacher sera aussi doublée. Oh ignore quand ni le montant dés travaux.»

Actuellement, le sujet des infrastructures sur la Moselle est thématisé dans un groupe de travail de la Commission de la Mosellé, Le Luxembourg y a toujours manifesté son respect de l’affectation in fine des terrains réserx’és pour la construction des deuxièmes écluses, tel que prévu dans la convention de la Moselle de 1956, et y a soutenu vivement le projet de doublement des écluses allemandes, qui ont été inscrites comme faisant partie du « vordringlicher Bedarf » dans le BVWGP {Bundesverkehrswegeplan) allemand couvrant la période de 2016 à 2030.

11 n’y a cependant actuellement pas d’étude en cours concernant le doublement des écluses situées sur le condominium germano-luxembourgeois de la Mosèlle et a fortiori aucune décision qui en aurait été tirée par les parties prenantes, qui sont principalement les Etats luxembourgeois et allemand.

Des premières discussions entre ces deux Etats, il résulte qu’un doublement des écluses de Grevenmacher et de Stadtbredimus n’est à envisager sous réserve que les sept barrages- écluses allemandes restantes, d’un total de dix, ne soient réalisées ainsi que si le trafic ou les besoins de continuité de service le justifient. En effet, ces sept barrages-éclûses restantes se trouvent sur la partie la plus empruntée par les bateaux fluviaux en aval des ports de Trêves, de Mertert et de la Sarre. Or, le nombre de bateaux passant les barrages-écluses se situant en amont de Mertert est sensiblement inférieur.

En tenàiit compte de la durée de planificatiofi et de réalisation de ce type d’ouvrage, une décision ne devra être prise que vers 2025 pour les barrages écluses de Grevenmacher et de Stadtbrediumus.
Dans ce contexte, il y a lieu de relever que la croissance escomptée des bateaux-hôtels sur la partie germano-luxembourgeoise sur la Moselle n’est pas de nature à changer cette situation.

Le coût de la réalisation d’ûn barrage-écluse dépend de nombreux éléments dOnt les caractéristiques techniques et il est à ce jour impossible de répondre avec précision à la question du coût éventuel. A titre de comparaison, én Allemagne le coût budgétisé par deuxième barrage-écluse est de quelque 65 millions d’euros.

Enfin il est à préciser que mes services suivent de près les discussions au niveau de la Commission de la Moselle afin d’anticiper toute éventuelle décision future.

Hannerloosst eng Äntwert

  • (gëtt net verëffentlecht)