Plangt d’Regierung wéinst der Energiekris, d’Sozialämter finanziell a personell opzestocken, fir dat se dem erwaarten Ustuerm un Demanden besser kënnen gerecht ginn?

Här President,

Esou wéi et am Artikel 80 vum Chambersreglement virgesinn ass, géing ech Iech bieden, dës parlamentaresch Fro un d’Madamm Familljeministesch weiderzeleeden.

Laut engem Bericht vun „reporter.lu“ sinn d’Offices sociaux net gutt genuch opgestallt, fir de Stéit, déi wéinst den héijen Energiekäschten finanziell Problemer hunn oder kréien, effikass a séier ze hëllefen. D’Presidentin vun der „Entente des offices sociaux, Ginette Jones, fuerdert, dat de Stat misst méi staark agräifen, well Sozialämter eleng dat Ganzt net kéinte stemmen. Eng Etude vun der Uni Lëtzebuerg hat ewell 2019 op Problemer bei den Offices sociaux higewisen. An dem Zesummenhang géing ech gären eng parlamentaresch Fro un d’Madamm Familljeministesch stellen.

  • Plangt d’Regierung wéinst der Energiekris, d’Sozialämter finanziell a personell opzestocken, fir dat se dem erwaarten Ustuerm un Demanden besser kënnen gerecht ginn?
    • Wa jo, wéi wäert des Opstockung ausgesinn?
  • Wat wëllt d’Regierung maachen, fir d’Koordinatioun tëschent den Offices sociaux an de verschiddene Ministèren ze verbesseren?
  • Wat wëllt d’Regierung maachen, fir besser Statistiken zu den eenzelen Aiden ze kréien, déi vun den Offices sociaux ausbezuelt ginn?
  • Wat wëllt d’Regierung maachen, fir d’Leit, déi op Hëllef ugewise sinn, besser iwwer méiglech Aiden vun der Sozialämter ze informéieren?

Här President, ech Iech, mäin déifste Respekt unzehuelen.

Léon Gloden

Deputéierten

OP DE PUNKT 09/22 elo online

Dëser Deeg fannt Dir an ärer Bréifkëscht déi nei Versioun vum “Op de Punkt”, oder Dir kennt en hei online liesen. 

En bas la version française. 

Please scroll down for the English Version.

Version française:

English version:

Ass Madamm Minister gewëllt den Ofwaassersyndikater eng finanziell Ënnerstëtzung betreffend déi héisch Stroumrechnungen zoukommen ze loossen?

Här President,

Esou ewéi den Artikel 80 vum Chambersreglement et virgesäit bieden ech Iech dës parlamentaresch Fro iwwert steigend Energiekäschte bei den Ofwaassersyndikater un Madamm Inneminister weider ze leeden.

Déi aktuell Präisdeierecht am Beräich vun der Energie trëfft net nëmme Privatleit a Betriber, och ëffentlech Träger wéi d’Ofwaassersyndikater wäerte Problemer kréie fir déi ëmmer méi deier Energiekäschten ze bezuelen.

Déi aktuell an och wuel zukünfteg Haussë bei der Stroumrechnung ginn elo schons an Milliounen a waren sou net an der Previsioune vum „plan pluriannuel de financement (PPF)“ vun den Ofwaassersyndikater virgesinn. Dofir wäert den ordinäre Budget 2023 vun den Ofwaassersyndikater extrem belaascht gi mat och negative Konsequenzen op de Bierger well déi héisch Stroumrechnungen in fine mat an d‘Berechnunge vum Waasserpräis afléissen.

An dësem Kontext géif ech gäre folgend Froen un Madamm Inneminister stellen:

  • Ass Madamm Minister gewëllt den Ofwaassersyndikater eng finanziell Ënnerstëtzung betreffend déi héisch Stroumrechnungen zoukommen ze loossen? Wéi kennt des Hëllef ausgesinn?
  • Kann Madamm Minister schonns éischt Pisten opzeechne betreffend Consignë vun der Circulaire ministerielle fir de Budget 2023?
  • Huet Madamm Minister och Kenntnis vun sou groussen Erhéijunge bei den Energiekäschte bei anere Gemengesyndikater wei zb bei den Offallsyndikater? Wéi gedenkt Regierung dëse Syndikater ze hëllefen?

Här President, ech bieden Iech mäin déifste Respekt unzehuelen.

 

Léon Gloden

Sollen Elteren di eng allocation chômage kréien och weiderhi vum congé parental ausgeschloss ginn?

Monsieur le Président,

 

Conformément à l’article 80 du Règlement de la Chambre des Députés, nous souhaiterions poser une question parlementaire à Madame la Ministre de la Famille et de l’Intégration et à Monsieur le Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire.

 

D’après la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE), le droit à un congé parental est « un droit social de l’Union qui revêt une importance particulière, lequel a, au demeurant, été inscrit à l’article 33, paragraphe 2, de la charte des droits fondamentaux. Il s’ensuit que ce droit ne peut être interprété de façon restrictive. »[1] Dans cet arrêt, la CJUE a jugé contraire au droit européen, l’interprétation de la Caisse pour l’avenir des enfants qui subordonne « le droit à un congé parental d’un parent à la condition que celui-ci travaille au moment de la naissance ou de l’adoption de son enfant ».[2]

 

En vertu de l’article L. 234-43 du Code du travail, l’une des conditions pour bénéficier du congé parental est l’affiliation à la sécurité sociale « sans interruption pendant au moins douze mois continus précédant immédiatement le début du congé parental ». En outre, le salarié bénéficiaire doit être employé sous contrat de travail ou contrat d’apprentissage pendant toute la durée du congé parental. Aux termes de l’article L. 234-44, paragraphe 8 du Code du travail, le droit au congé parental prend fin lorsqu’une de ces conditions cesse d’être remplie.

 

Ainsi, suivant les dispositions légales précitées, une personne inscrite auprès de l’ADEM en tant que demandeur d’emploi et bénéficiant de l’allocation chômage ne pourrait pas prétendre au congé parental, alors même que la condition d’affiliation auprès de la sécurité sociale pendant douze mois continus avant le début du congé parental serait remplie. De même, un salarié qui perdrait involontairement son emploi pendant la période du congé parental verrait son congé parental prendre fin immédiatement, sans possibilité de reporter la période restante du congé parental à une date ultérieure. A l’inverse, un salarié qui perdrait son emploi avant le début du congé parental, conserverait la possibilité de prendre le second congé parental pour le même enfant plus tard, une fois que les conditions légales soient de nouveau réunies.

 

La Chambre des salariés a d’ailleurs déjà évoqué la problématique des « salariés qui subissent une cessation de plein droit de leur contrat de travail du fait d’une cessation des affaires de l’employeur, par exemple suite à la faillite de l’entreprise pendant la durée de leur congé parental. Du fait de la cessation du contrat de travail le congé parental prend fin sans qu’il soit arrivé à échéance. »

 

Dans ce contexte, nous voudrions poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Famille et de l’Intégration et à Monsieur le Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire :

 

  • Madame et Monsieur les Ministres sont-ils d’avis que la condition d’avoir un emploi pendant toute la durée du congé parental est justifiée ?

 

  • Faut-il maintenir l’exclusion du congé parental aux personnes bénéficiant d’une allocation chômage ? Une suspension de l’affiliation auprès de l’ADEM et du paiement des indemnités chômage ne devrait-elle pas être envisagée afin de permettre à ceux ayant perdu involontairement leur emploi d’arrêter/suspendre leurs recherches d’emploi et se consacrer temporairement à l’éducation de leur enfant en bénéficiant du congé parental ?

 

  • Faut-il continuer à mettre fin, de façon anticipée, au congé parental pour les salariés qui viendraient à perdre involontairement leur emploi au cours du congé parental ? Dans l’affirmative, n’existe-il pas un risque de rupture d’égalité entre un salarié qui perdrait son emploi involontairement avant le début de son congé parental et celui qui perdrait son emploi involontairement en cours du congé parental ? Afin de pallier à une éventuelle inégalité de traitement injustifiée, une exception ne devrait-elle pas être prévue pour permettre aux salariés ayant perdu leur emploi pendant le congé parental, soit de maintenir le congé parental, soit de reporter à une date ultérieure la période restante du congé parental ?

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations distinguées.

 

Marc Spautz

Léon Gloden

 

[1] CJUE, XI c. Caisse pour l’avenir des enfants, 25 février 2021, aff. C-129/20, pt. 44

[2] Ibid, pt. 48

Sachant qu’il est difficile de surveiller le site autour de la structure ABRIGADO, a-t-on déjà réalisé des études en vue de renforcer la surveillance et la sécurité de cette structure?

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 80 du Règlement de la Chambre des Députés, nous souhaitons poser une question parlementaire à Madame la Ministre de la Santé et à Monsieur le Ministre de la Sécurité intérieure.

D’après le rapport d’activités de 2021 de la police grand-ducale, la structure et les environs du salon de consommation ABRIGADO à Bonnevoie ont pu être utilisés par des narcotrafiquants pour la vente de stupéfiants  à des toxicomanes. Selon le rapport, cela s’explique principalement par le fait qu’il est difficile de surveiller le terrain et les alentours de la prédite structure.

Pour citer le rapport : « Un autre phénomène également constaté au cours de l’année 2021 consistait dans le fait que des personnes originaires d’Afrique du Nord ont choisi l’institution sociale ABRIGADO pour vendre principalement de l’héroïne, mais aussi de la cocaïne, dans les environs directs de cette structure. Ils profitent ainsi du fait que les acheteurs consomment immédiatement la drogue sur place et se sentent en sécurité car le site est difficile à surveiller. Dans ce cadre, plusieurs affaires ont été réalisées par la section stupéfiants. »[1]

C’est dans ce contexte que nous désirions poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé et à Monsieur le Ministre de la Sécurité intérieure :

  • Depuis combien de temps Madame la Ministre et Monsieur le Ministre sont-ils au courant de ce phénomène?
  • Les ministères concernés ont-ils déjà entrepris des actions pour contrer ce phénomène?
    • Dans l’affirmative, lesquelles ?
    • Dans la négative, quelles mesures Madame la Ministre et Monsieur le Ministre ont-ils l’intention de prendre pour lutter contre ce phénomène?
  • Sachant qu’il est difficile de surveiller le site autour de la structure ABRIGADO, a-t-on déjà réalisé des études en vue de renforcer la surveillance et la sécurité de cette structure?

Monsieur le Président, nous vous prions de bien vouloir agréer nos sentiments les plus distingués.

 

 

Léon Gloden                                                              Laurent Mosar

Député                                                                         Député

Mengt den Här Minister, dass d´Iwwerlaaschtung vun der Unisec laangfristeg gesinn e grousse Problem ass?

Här President,

Esou ewéi den Artikel 81 vum Chambersreglement et virgesäit, biede mir Iech, dës dréngend parlamentaresch Fro zu mannerjärege Gewalttäter un den Här Minister fir bannenzeg Sécherheet weiderzeleeden.

Laut engem Artikel aus dem Luxemburger Wort ginn et ëmmer méi jugendlech Banden, déi sech organiséiere fir Gewalt vis-à-vis vun hire Matmënschen auszeüben. Et geet dorëm, den Affer schwéier Blessuren unzedoen an dann domat a gespaarten Internet-Foren unzeginn. D´Affer soen aus Angscht viru weideren Attacke seelen aus an der Police sinn op Grond vum Alter vun de Jugendleche meeschtens d´Hänn gebonnen. Dobäi kënnt nach, dass d´Unisec zu Dräibuer komplett iwwerlaf ass an deemno keng Ariichtung fir dës schwéier kriminell Jugendlecher disponibel ass.

An dësem Kontext géife mir gäre folgend Froen un den Här Minister riichten:

  • Kann den Här Minister dës Informatioune confirméieren?
  • Wa jo – wéi geet d´Police momentan géint dës Bande vir ? Wéi soll e weidert Ausbreede vun dëser Gewalt ënnerbonne ginn?
  • Mengt den Här Minister, dass d´Iwwerlaaschtung vun der Unisec laangfristeg gesinn e grousse Problem ass? Wa jo – wéi gedenkt d´Regierung dorop ze reagéieren?

Här President, mir bieden Iech eisen déifste Respekt unzehuelen.

                                                                                                                               

Léon Gloden                                                              Laurent Mosar

Deputéierten                                                           Deputéierten

Wéi sollen d´Policebeamten tëschent CBD-Produiten a Marihuana ënnerscheede kënnen?

Här President,

Esou ewéi den Artikel 80 vum Chambersreglement et virgesäit, bieden ech Iech, dës parlamentaresch Fro un den Här Minister fir bannenzeg Sécherheet weider ze leeden.

An de leschter Joren sinn ëmmer méi Butteker bei eis am Land opgemaach ginn, déi Cannabidiol-Produit´en (CBD) verkafen. Doduerch ass vill CBD, dee jo legal ass, am Ëmlaf an et ass fir d´Beamten vun der Police onméiglech, dës Produit´en vun de Marihuana / Cannabis Planzen, déi jo momentan nach illegal sinn, ze ënnerscheeden. Laut mengen Informatiounen ginn et awer Schnelltester fir den THC-Gehalt ze determinéieren an domat och déi zwee Produit´en vun eneen ze ënnerscheeden. Allerdéngs soll just d´Douane sou Tester hunn, d´Police awer net.

Ech wëll an dem Kontext folgend Froen un den Här Minister stellen:

  • Kann den Här Minister meng Informatioune confirméieren? Wa jo – firwat huet d´Police keng sou eng Tester zur Verfügung gestallt?
  • Wa jo – wéi sollen d´Policebeamten tëschent CBD-Produiten a Marihuana ënnerscheede kënnen?
  • Wéi sollen an Zukunft, wann de Cannabis-Konsum bis legaliséiert ginn ass, dës Kontrolle assuréiert ginn?

Här President, ech bieden Iech mäin déifste Respekt unzehuelen.

 

 

 

 

Léon Gloden

Deputéierten

Kann den Här Minister ons confirméieren, dass et an de leschten Deeg, zu a ronderëm Méchela, zu enger Réi vun Abréch komm ass?

Här President,

Esou wéi et am Chambersreglement virgesinn ass, géinge mir Iech bieden dës parlamentaresch Fro un den Här Minister fir bannenzeg Sécherheet weiderzeleeden.

Onsen Informatiounen no, koum et an de leschten Deeg zu enger Réi vun Abréch a privaten Haiser zu Méchela an an der Ëmgéigend.

An dem Kontext, géinge mir gäre folgend Froen un den Här Minister fir bannenzeg Sécherheet stellen:

  • Kann den Här Minister ons confirméieren, dass et an de leschten Deeg, zu a ronderëm Méchela, zu enger Réi vun Abréch komm ass?
  • Wa jo, kann den Här Minister ons konkret Zuelen nennen?
  • Huet den Här Minister weider Informatiounen zum Hannergrond vun dëse répétitive Virfäll an enger bestëmmter Géigend?
  • Gedenkt den Här Minister spezifesch op dës Virfäll ze reagéiere a wa jo, wéi?

Här President, mir bieden Iech onsen déifste Respekt unzehuelen.

 

Martine Hansen                                                        Léon Gloden

Deputéiert a Co-Fraktiounspresidentin              Deputéierten

Wéi kann een Attacken a Menacen op d’Personal vum CPL verhënneren ?

Monsieur le Président,

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 81 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaiterais poser une question urgente à Madame la Ministre de la Justice et à Monsieur le Ministre de la Sécurité intérieure.

D’après un communiqué de presse diffusé ce 30 juin 2022 par l’Association des Agents Pénitentiaires du Grand-Duché de Luxembourg, six agents pénitentiaires ont fait l’objet d’une attaque à mains armées au sein du centre pénitentiaire du Luxembourg le 29 juin 2022. « Une recrudescence des attaques et des menaces sont constatées sur tout le personnel du CPL depuis plusieurs semaines », explique l’Association des Agents Pénitentiaires.

Dans ce contexte, je voudrais poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Justice et à Monsieur le Ministre de la Sécurité intérieure :

  • Le Gouvernement a-t-il été informé de l’incident qui s’est déroulé au CPL le 29 juin 2022 ? Comment est-ce que la situation a pu déraper à ce point-là ?
  • Est-ce que les agents pénitentiaires ont été blessés ? Comment est-ce que l’incident a pu être maîtrisé ?
  • Est-ce qu’il y a eu à un moment donné un danger d’évasion de la part des détenus ?
  • L’Association des Agents Pénitentiaires explique avoir constaté une recrudescence des attaques et menaces sur le personnel du CPL. Combien d’incidents ont eu lieu ces trois derniers mois ? Quelles sont les raisons expliquant ces incidents ?
  • Comment prévenir les attaques et menaces sur le personnel du CPL ? Comment est-ce que le Gouvernement entend assurer la meilleure sécurité du personnel ?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes salutations distinguées.

Léon Gloden

Député

Gëtt aktuell zu Lëtzebuerg KI am Justizberäich agesat?

Här President,

 

Esou wéi den Artikel 80 vum Chambersreglement dat virgesäit, bieden ech Iech folgend parlamentaresch Fro un d’Madamm Justizministesch weiderzeleeden.

 

An engem rezenten Artikel aus der „Süddeutsche Zeitung“ iwwerschriwwen mat „Sortiermaschinen“ geet rieds vu kënschtlecher Intelligenz (KI) a wéi dës Technologie an Zukunft am Justizberäich kéint agesat ginn. Dat kéint de Richteren hir Tâche erliichteren, biergt awer och Risiken. An Nordrhein-Westfalen géif d’Politik d’Fuerschung op dësem Gebitt „forcéieren“. An den USA kommen haut schonn sougenannten „Recommender-Systemer“ an den Asaz fir z.B. d’Réckfallprobabilitéit vu Stroftäter ze berechnen an de Richteren op där Basis Recommandatiounen mat op de Wee ze ginn.

 

Zu München entwéckelt eng Start-Up eng Software, déi unhand vun Algorithmen, Äusserungen mat strofrechtlechem Charakter aus de soziale Medien, rausfiltert. D’Algorithmen leeschten eng Aart Viraarbecht.

 

Ech wéilt duerfir folgend Froen un d’Madamm Justizministesch stellen:

 

  • Gëtt aktuell zu Lëtzebuerg KI am Justizberäich agesat?

 

  • Gëtt et zu Lëtzebuerg Fuerschung a Saachen KI fir de Justizberäich ?

 

  • Wa jo, op wéi eng Felder bezitt sech dës Recherche ?

 

  • Sollt dat net de Fall sinn, ass d’Justizministesch der Meenung, dass och zu Lëtzebuerg Fuerschung op deem Gebitt bedriwwe soll ginn ?

 

Mat déifstem Respekt,

Léon Gloden
Deputéierten