Wéi enge Krittären leien d’lëtzebuergesch Restriktiounen vir kleng Butteker zu Gronn? Ass d’Unzéiungskraaft vu grousse Shoppingzenteren net genee sou grouss, wéi d’Opmaache vu Butteker am urbane Raum? Ass d’Regierung net der Meenung, dass dës Reegelung dem Gläichheetsprinzip zuwiderleeft?

Här Präsident,

Esou wéi den Artikel 84 vun eisem Reglement dat virgesäit, wéilte mir eng dringend parlamentaresch Fro un den Här Staatsminister, d’Madamm Minister fir Gesondheet, den Här Minister fir Wirtschaft, den Här Minister fir de Mëttelstand stellen.

Rezent huet déi däitsch Regierung decidéiert, d’Ouverture vu Geschäfter bis 800m2 nees ze autoriséieren.

Géint dës Reegelung huet kierzlech de Bedreiwer vun engem Sportartikelgeschäft geklot an dëse krut an éischter Instanz  och Recht. D’Hamburger Verwaltungsgeriicht huet déi Reegelung geschter nämlech gekippt.

Och d’Verwaltungsgeriicht Sigmaringen a Baden-Württemberg huet d’Reegelung fir méi grouss Geschäfter autoriséiert, ënnert der Bedingung, dass déi Geschäfter hir Verkafsfläch op 800m2 reduzéieren.

Am Urteel vum Hamburger Verwaltungsgeriicht heescht et e.a. anerem, dass:

  • d’Gréisst vum Geschäft kee Krittär ass fir d’Unzéiungskraaft fir d’Leit festzestellen,
  • d’Unzéiungskraaft genausou gutt am stättesche Raum entstoe kann, wou vill kleng Butteker bäienee leien,
  • d’Unzéiungskraaft sech aus der Offer ergëtt,
  • d’Regierung aner, manner „incisiv“ Mëttelen huet, fir d’Verbreedung vum Virus am ëffentleche Raum anzedämmen (als Beispill gi genannt de „social distancing“, deen och bäi Verstouss ka bestrooft ginn, Mond-Nuesbedeckung etc.),
  • d’Reegeleung géif géint de Gläichheetsprinzip verstoussen.

Opgrond vun dësen Urteeler, wéilte mir folgend Froen un d’Regierung stellen:

  • A wéi fern loossen sech d’Urteeler aus Däitschland op de lëtzebuergesche Kontext iwwerdroen?
  • Kann d’Regierung ausschléissen, dass et zu Lëtzebuerg zu änlechen Urteeler komme kéint?
  • Wéi enge Krittären leien de lëtzebuergesche Restriktiounen zu Gronn? Ass d’Unzéiungskraaft vu grousse Shoppingzenteren net genee sou grouss, wéi d’Opmaache vu Buttéker am urbane Raum? Ass d’Regierung net der Meenung, dass dës Reegelung dem Gläichheetsprinzip zuwiderleeft? Wa jo, wéi gedenkt d’Regierung dëser Ongläichbehandlung entgéint ze wierken?
  • Deelt d’Regierung d’Opfaassung, dass et aner, manner „incisiv“ Mëttel gëtt fir d’Ausbreedung am ëffentleche Raum anzedämmen? Wéi eng Schlëss zitt d’Regierung aus dësem Constat?

Mir bieden Iech eisen déifsten Respekt entgéint ze huelen.

Léon Gloden

Deputéierten

Laurent Mosar

Deputéierten

Gilles Roth

Deputéierten

 

Tenue d’un registre par l’Administration des Douanes et des Accises lors des contrôles effectués aux frontières de notre pays

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de vous informer que conformément à l’article 84 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaiterais poser une question urgente à Monsieur le Ministre des Finances concernant la tenue d’un registre par l’Administration des Douanes et des Accises lors des contrôles effectués aux frontières de notre pays.

D’après mes informations, il semble que lors des contrôles des frontières de notre pays dans le cadre de la lutte contre Covid-19, les douaniers luxembourgeois tiennent un registre des personnes franchissant la frontière avec inscription des noms, prénoms, plaque de la voiture et motifs du franchissement de la frontière.

Dans le cadre de ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre des Finances :

– Monsieur le Ministre peut-il confirmer les faits exposés ci-dessus ?

– Dans l’affirmative, Monsieur le Ministre peut-il m’indiquer de qui émane cette instruction ?

– Combien de personnes ont ainsi été enregistrées ?

– Quel est le but de cet enregistrement ?

– Toujours dans l’affirmative, Monsieur le Ministre considère-t-il que l’existence et la tenue d’un tel registre soient compatibles avec les principes et les règles relatifs à la protection des données personnelles ? Si oui, sur base de quelle disposition ?

– Au cas où le Ministre devait parvenir à la conclusion que la tenue du registre en question est illégale, donnera-t-il instruction de détruire tout de suite les données ainsi collectées ?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération.

Léon Gloden

Député

Am Kader vum der Exit-Strategie aus dem COVID-19 Confinement huet d’Regierung annoncéiert datt ab dem 20. Abrëll de Bausecteur an d’Handwierk erëm dierfen hir Aktivitéiten ophuelen, gëllt dat net och fir all Bauschuttdeponien am Land ?

Här President,

Esou ewéi den Artikel 84 vum Chambersreglement et virgesäit, bieden ech Iech, dës drénglech parlamentaresch Fro un den d’Madamm Minister fir Ëmwelt, Klima an Nohalteg Entwécklung weider ze leeden.

Am Kader vum der Exit-Strategie aus dem Confinement deen duerch d’COVID-19 Pandemie verursaacht ass, huet d’Regierung annoncéiert datt ab dem 20. Abrëll de Bausecteur an d’Handwierk erëm dierfen hir Aktivitéiten ophuelen.

Mengen Informatiounen no, wäerten awer bis op e Site zu Colmer-Bierg, nach keng Bauschuttdeponien am Land hir Dieren ophunn.

An dësem Kontext géif ech gäre folgend Froen un d’Regierung stellen:

  • Kann d’Regierung dës Informatioune confirméieren?
  • Wa jo, wat sinn d’Grënn fir dës Decisioun?
  • Wéi sollen d’Bauentreprisen uechter d’Land hire Bauschutt kënnen ofluede wa just eng Deponie am Land o pass?

Här President, ech bieden Iech mäin déifste Respekt unzehuelen.

Léon Gloden

Deputéierten

Ass et méiglech d’Critèren fir de Marché public ze adaptéieren sou datt een national Konstruktiounsentreprisen an der Zäit no der Coronakris ënnerstëtzen kann ?

Monsieur le Président,

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaite poser une question parlementaire concernant les soumissions à Monsieur le Ministre des Travaux publics.

Afin de relancer et de préconiser l´économie nationale dans la période d´après crise, certaines mesures viennent d´être présentées par le Gouvernement. Cependant, en ce qui concerne les dossiers des soumissions pour les travaux de construction organisés par l´État et des Communes, les procédures y applicables sont complexes et peu flexibles.  Pour y remédier, certaines adaptations pourraient être mises en place par le Gouvernement pour la période d´après-crise, tout en respectant les règlementations et directives européenne en la matière.

Dans ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes :

  • Une révision des critères d’attribution de marchés –pour soutenir les entreprises nationales paraît-elle possible ? A cette fin et selon Monsieur le Ministre, une modification des critères de pondération semblerait-elle une manière de procéder ?
  • Le Ministre entend-il négocier ces critères sur le niveau européen afin de soutenir les entreprises nationales touchées par la crise ?
  • Le Ministre envisage-t-il d´adapter les différents montants, notamment les plafonds pour les marchés de grès à grès et de la procédure négociée ?

Je vous prie de bien vouloir croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma très haute considération.

Léon Gloden

Député

Firwat kënne Syndikater net genee wéi Gemengen a Staat vun Avantage bei Pachtrecht profitéieren ?

Monsieur le Président,

 

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaite poser la question parlementaire suivante à Madame la Ministre de l’Intérieur et Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural.

 

La loi du 2 juillet 2018 portant modification de la loi modifiée du 18 juin 1982 portant réglementation du bail à ferme et de certaines dispositions du Code civil stipule en son article premier : « Ne sont pas soumis aux dispositions de la présente loi les baux portant sur les biens ruraux appartenant à l’État et aux communes ». Il paraît que le Ministère de l’Agriculture s’est oralement exprimé qu’étant donné que les syndicats intercommunaux ne sont pas expressément visés par l’article premier de la loi susmentionnée, ceux-ci ne puissent pas bénéficier des dérogations et avantages y prévus. Cette interprétation semble être surprenante alors que les communes puissent expressément en profiter.

 

C’est dans ce contexte que j’aimerais poser les questions suivantes à Madame et Monsieur les Ministres :

 

–          Quelle est la position des Ministres par rapport à ces explications ?

–          Au cas où les Ministres confirment cette constatation orale, est-ce que les Ministres entendent y légiférer afin d’inclure les syndicats intercommunaux dans l’article 1er de la loi susmentionnée ?

 

Je vous prie de bien vouloir croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma très haute considération.

Léon Gloden

Député

Rezent Héichwaasser : Firwat gouf et keng Fréiwarnung ? Wéi kann een d’Präventioun verbesseren ?

Här President,

Esou ewéi den Artikel 84 vum Chambersreglement et virgesäit, bieden ech Iech, dës dringlech parlamentaresch Fro zu de rezenten Héichwaasser un d’Madamm Inneministesch an d’Madamm Ministesch fir Ëmwelt, Klima an nohalteg Entwécklung weider ze leeden.

Bei den Iwwerschwemmungen den 3. a 4. Februar 2020 sinn op ville Platzen am Land grouss Schied entstanen. Laut mengen Informatioune si weder d’Leit nach déi lokal Autoritéite fréizäiteg duerch de System GouvAlert iwwer dës Héichwaasser informéiert ginn. Bis en Dënschdeg de Moien wär keng offiziell Aläerte vum Waasserwirtschaftsamt oder dem CGDIS rausgaange fir esou fir eng besser Präventioun ze suergen.

An dësem Kontext géif ech gäre folgend Froen un d’Madamme Ministere stellen:

Kënnen d’Madamme Ministere meng Informatioune confirméieren?
Wann jo – firwat sinn déi offiziell Aläerten net éischter rausgaangen?
Wéi wëllen déi zwee Ministeren an Zukunft fir eng besser Präventioun an Informatioun a punkto Héichwaasserschutz suergen?
Här President, ech bieden Iech mäin déifste Respekt unzehuelen.

 

Léon Gloden

Deputéierten

En 2017, le Luxembourg s’est doté d’une nouvelle forme de société, la société à responsabilité limitée simplifiée. Comment la situation des Sàrls a-t-elle evolué dpuis 2017?

Monsieur le Président,

Conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, nous aimerions poser une question parlementaire à Madame le Ministre de la Justice concernant la société à responsabilité limitée simplifiée.

En 2017, le Luxembourg s’est doté d’une nouvelle forme de société, la société à responsabilité limitée simplifiée. L’idée sous-jacente était celle de permettre un accès plus simple à l’entrepreneuriat. A cet égard, l’ancien ministre de la Justice avait annoncé dresser pour l’automne 2019 un bilan complet de l’introduction de ce type de société dans le paysage économique luxembourgeois, de sorte que nous aimerions poser les questions suivantes :

  • Madame le Ministre peut-elle nous fournir des informations concernant les sociétés à responsabilité limitée simplifiée (Sàrls), et notamment les difficultés rencontrées par celles-ci :
    • avant et au moment de leur constitution,
    • au niveau de leur immatriculation auprès du registre de commerce et des sociétés,
    • en matière d’autorisations d’établissement,
    • en cours d’existence,
    • en fin de vie ?
  • Combien de Sàrls ont été constituées depuis 2017 et ce par secteur économique et type d’activité ? Combien de ces Sàrls ont entretemps fait faillite / ont été liquidées ? Combien de Sàrls se sont transformées depuis leur constitution en un autre type de société ?
  • Combien de ces Sàrls pourraient être qualifiés de « start-up » et suivant quelles méthodologies ?

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, aux assurances de notre très haute considération.

Octavie MODERT

Députée

Léon GLODEN

Député

 

WÉI ASS DER REGIERUNG HIR OFFIZIELL POSITIOUN WAT DÉI STEIERLECH RECETTEN VUN DE FRANSÉISCHE GRENZGÄNGER BETRËFFT?

Monsieur le Président,

 

Par la présente, nous avons l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, nous souhaiterions poser une question parlementaire à Monsieur le Premier Ministre, Ministre d’Etat concernant la politique gouvernementale en matière de coopération transfrontalière.

 

En marge de la visite d’Etat en République française en mars 2018, Monsieur le Premier Ministre, Ministre d’Etat a été l’invité sur RTL Radio France a expliqué que la venue de 100.000 frontaliers français au Luxembourg était une situation win win, mais que nous avions surtout des problèmes de transport, sujet qui allait être abordé avec le président français. Confronté à la question de savoir si le Luxembourg était prêt à payer à la France un retour sur les recettes fiscales prélevées sur les frontaliers, il a répondu que le Luxembourg était prêt à investir dans les transports (parking, ferroviaire), mais qu’il n’avait pas envie de payer la décoration de Noël d’un maire [français].

 

Le weekend dernier, le président du LSAP ayant assisté aux vœux d’un élu lorrain et socialiste et présenté par son hôte comme futur ministre de l’Economie, a affirmé qu’ « on ne peut plus mener le débat transfrontalier qu’en termes de double-convention et d’infrastructures de mobilité » avant d’indiquer qu’ « il faut sereinement parler de tous les sujets : dont la fiscalité. »

 

C’est ainsi que nous aimerions poser les questions suivantes à Monsieur le Premier Ministre, Ministre d’Etat :

 

  • Quelle est la position officielle du gouvernement en matière de coopération transfrontalière ?

 

  • Au vu des affirmations du futur ministre de l’Economie, Monsieur le Premier Ministre, Ministre d’Etat peut-il concevoir de partager les recettes fiscales prélevées sur les frontaliers avec l’Etat français ?

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre parfaite considération.

Léon Gloden Laurent Mosar Gilles Roth
Député Député Député

 

 

Gëtt et e Malaise tëscht Bréissel a Lëtzebuerg wat déi europäesch Institutiounen betrëfft?

Monsieur le Président,

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaite poser une question parlementaire à Monsieur le Premier Ministre, Ministre d’État ainsi qu’à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes au sujet de la situation concurrentielle du Luxembourg en tant que siège européen.

En effet, force est de constater que les mesures concrètes pour renforcer l’attractivité du Luxembourg en tant que siège européen se font toujours attendre après la question parlementaire du CSV du 21 octobre 2019 y relative. A tel point que, selon « Paperjam » (09.01.2020), « les luttes de pouvoirs intra-institutions pénalisent Luxembourg-Ville dans son statut de capitale européenne, conduisant à des difficultés croissantes pour recruter, voire retenir des fonctionnaires. » Et d’ajouter : « Le malaise entre Bruxelles et Luxembourg se ressent énormément au sein des institutions. »

J’aimerais dès lors poser les questions suivantes à Monsieur le Premier Ministre, Ministre d’Etat ainsi qu’à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes :

  1. Messieurs les Ministres peuvent-ils confirmer le précité « malaise entre Bruxelles et Luxembourg » au sein des institutions européennes ? Le siège est-il politiquement évidé de l’intérieur ?
  2. Messieurs les Ministres peuvent-ils me communiquer les mesures concrètes prises par le Gouvernement depuis octobre 2019 pour consolider et augmenter l’attractivité du Luxembourg en tant que siège européen ?
  3. Messieurs les Ministres peuvent-ils également me renseigner sur les initiatives que le Gouvernement veut lancer à l’avenir pour renforcer notre siège européen ?

Je vous prie de bien vouloir croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma très haute considération.

Léon Gloden

Député

Gëtt et en akute Manktem un Anästhesisten an eise Spideeler?

D’Äntwert op des parlamentaresch Fro fann der hei : QP 1652

Monsieur le Président,

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaite poser une question parlementaire à Monsieur le Ministre de la Santé concernant un nombre insuffisant d’anesthésistes dans les hôpitaux.

 

Il me revient qu’à l’antenne du Centre Hospitalier, l’hôpital à Eisch, une opération n’a pas pu être effectuée au motif qu’il n’y a pas eu d’anesthésiste disponible.

Dans ce contexte j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre de la Santé :

  • Est-ce que Monsieur le Ministre peut confirmer un nombre insuffisant d’anesthésistes dans les hôpitaux ?
  • Comment Monsieur le Ministre peut-il expliquer que l’hôpital à Eisch, antenne du Centre Hospitalier de Luxembourg, n’est pas en mesure de recourir à un anesthésiste du CHL ?
  • Comment Monsieur le Ministre entend-il remédier dans le futur à des telles situations ?

Je vous prie de bien vouloir croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma très haute considération.

Léon Gloden

Député